La clé pour faire des progrès

d2dc63e79db1f288ff4db16163e565a8Parfois, les élèves me posent ces deux questions pendant les cours de piano : 1) « je n’ai pas beaucoup de temps dans la semaine; alors comment faire des progrès quand même ? » ou bien 2) « je ne comprends pas pourquoi je ne progresse pas après toutes les heures de travail passées sur ce morceau ? ».
Voilà deux questions qui paraissent à l’opposé l’une de l’autre et pourtant elles sont suscitées par la même problématique d’organisation.

1)

En ce qui concerne la première question, il faut être réaliste : la plupart d’entre nous avons plusieurs activités dans la journée et les priorités vont vers la famille, la profession, les activités ménagères qui occupent une grande partie du temps. Il faut définir quelle est la place du piano dans nos priorités : est-ce une activité principale ou secondaire, ou encore moins importante ? Il faut savoir ce qu’on veut obtenir avec cette activité. Qu’est-ce qui va être le plus satisfaisant : savoir un petit morceau de temps en temps, savoir plusieurs pièces pour les jouer aux amis et à la famille, savoir exécuter un morceau d’une certaine difficulté qu’on a entendu sur un CD par exemple ou s’investir plus pour faire régulièrement des progrès qui vont nous porter vers un niveau avancé et vers le grand répertoire ?

Ceux pour lesquels le piano est prioritaire s’exercent tous les jours à raison de plusieurs heures. Pour les autres dont l’activité n’est pas principale, ils choisissent de ne s’y consacrer qu’un nombre réduit de jours pendant la semaine. Vous êtes seuls à savoir ce que vous voulez. Tant que vous le faites avec plaisir et motivation, vous avez déjà mis en place l’un des éléments-clés, ce qui va vous permettre d’appliquer ce que je vais vous dire plus bas.

2)

Quand nous donnons notre temps et notre énergie dans une activité aussi complexe que le piano, l’investissement est grand; il est donc normal que l’on soit frustré si les progrès ne correspondent pas à l’attente. On se dit qu’on ne peut que progresser, du fait des efforts fournis. Et pourtant il n’en est rien.

Quand j’était petite fille, mon père (qui ne faisait pas un métier artistique et ne connaissait rien à la pratique d’un instrument) pensait en bonne foi que plus d’heures je m’exerçais, mieux c’était. À sa décharge, il est vrai que certains enfants prodiges jouent de leur instrument un très grand nombre d’heures par jour, ce qui semble indiquer que seule cette voie entraîne des progrès spectaculaires. Alors, j’ai fait 3 heures de piano par jour dès l’âge de 7 ans. Son autorité ne me permettait pas de m’y opposer. Ai-je fait les progrès qu’il en attendait ? Non ! Parce qu’une fois que j’avais fini d’exercer le petit morceau reçu comme devoir de mon professeur (ce qui me prenait moins d’une heure évidemment), je lisais un livre posé sur mes genoux, alors que d’une main je « pianotais » n’importe quoi le reste du temps, pourvu que mon père entende du piano depuis une autre pièce de la maison…
Ce qui me semble vrai, c’est que si on ne s’exerce que rarement on ne va pas obtenir grand-chose. C’est plutôt logique , n’est-ce pas ? Mais il n’est pas nécessaire de s’exercer énormément si ce que nous jouons ne l’exige pas !

 Et maintenant place au bon sens :

  • On s’organisera avec des buts à atteindre. Par exemple : ce mois-ci je voudrais savoir jouer ce morceau en entier, mains ensemble à la vitesse « x ». Ou bien : cette semaine je vais apprendre par cœur ce passage. Ou encore : aujourd’hui je m’occupe d’ajouter mes nuances.
  • L’une des plus grandes erreurs que j’ai constatées, c’est de vouloir trop faire à la fois. Mieux vaut utiliser une technique des « petits pas ». Un peu à la fois, mais bien fait. Notre capacité d’attention n’est pas illimitée, nous devons donc choisir vers quelle priorité elle doit aller d’abord. Exemple : si mon rythme n’est pas stable, si ma pédale n’est pas encore mise, si je n’ai pas encore de nuances, je ne vais pas pouvoir mettre tout en place en même temps. Je vais organiser ma semaine.

Voici une possibilité : aujourd’hui je m’occupe de mon rythme. Demain je vérifie si mon rythme est en place et sinon je continue à m’y appliquer jusqu’à ce que cette préoccupation soit résolue. Une fois que le rythme me satisfait, je peux avoir l’attention fixée sur une autre préoccupation telle que ma pédalisation, par exemple, jusqu’à ce que celle-ci soit à son tour résolue. Ainsi de suite.

 

  • Il vaut mieux ne jouer que si on est concentré, on ne fera que perdre notre temps si on joue la « tête ailleurs », la mémorisation ne pouvant pas se faire. Pire encore : des nouvelles fautes s’installeront sans qu’on s’en rende compte. Parfois 5 minutes en état de concentration maximale valent mieux qu’une heure sans concentration.
  • Dans un morceau il y a toujours des mesures plus faciles et d’autres plus difficiles. Si on n’a que peu de temps, on va plutôt cibler les parties les plus difficiles du morceau ou celles jouées plus rarement et avec lesquelles on n’est pas encore familiarisé. Inutile de s’attarder sur des mesures que l’on sait bien. Le début de la pièce est la partie que nous connaissons le mieux, il n’est pas nécessaire de la rejouer à chaque fois.

Parfois on peut profiter d’un moment d’attente (le riz qui doit cuire, publicité à la TV, quelques minutes avant qu’un ami n’arrive..etc) pour résoudre une mesure qui n’est pas encore au point, un doigté qui doit être amélioré ou tout autre détail qui peut être résolu en peu de minutes et « ça sera toujours ça de fait… »

En conclusion je voudrais partager avec vous une citation de Nadia Boulanger, une des plus grandes pédagogues de piano du XXè siècle :

« On a le temps pour ce qu’on veut ».

82c44825a2ecf69b365be47b673ac50a

 

 

Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à La clé pour faire des progrès

  1. martinand dit :

    oui on a le temps de ce qu’on veut, soit on trouve un moyen soit on trouve des excuses, j’aime bien cette phrase.il faut laisser faire le temps sans se poser trop de questions, se détacher, le cerveau fera son travail, dans un autre registre je fais du tennis de table sport complexe, je trouvais que je n’avançais pas assez vite j’avais toujours la tête dedans, je notais tout je lisais je regardais des vidéos etc….cette année je laisse faire les choses et ça a l’air de mieux fonctionner il doit en être ainsi pour tout, adulte on se pose trop de questions. bravo pour votre site.musicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *