Glenn Gould en BD ? Quelle bonne idée !

Unknown-6Sandrine Revel nous livre ici une magnifique et abordable biographie dessinée du fameux et brillant pianiste canadien né en 1932 à Toronto et mort à 50 ans. Une personnalité tourmentée, solitaire et boulimique d’enregistrements.

L’auteur de N’embrassez pas qui vous voulez (Dupuis, éditeur) est née en 1969 à Bordeaux. En 2001, elle obtient le Prix Alph-Art jeunesse au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême pour l’album Un zoo à New York. L’année suivante, elle publie le 11ème jour, un témoignage des attentats du 11 septembre 2001.

« J’ai connu cet artiste lorsque j’avais 25 ans. J’ai d’abord beaucoup lu de biographies, et j’ai repéré les passages qui me touchaient. Quand j’ai proposé le projet, Glenn Gould ne ressemblait pas à ce qu’il est aujourd’hui dans l’album. Il était plus proche de la caricature. Je me suis détachée de ce dessin-là pour aller vers plus de réalisme […] J’ai beaucoup travaillé sur les expressions. J’ai repris l’idée de travailler les contours des visages en rose, ce qui apporte une force et une fragilité au personnage.

J’ai aussi utilisé une tablette graphique pour travailler les montages et les couches. J’ai dessiné les cases qui évoquent le passé de façon différente de celles qui évoquent le présent.

Ce qui était compliqué, c’était de ne pas être dans la caricature.

J’ai essayé d’être dans la fragilité, et de faire entendre la musique de Glenn Gould jouant Bach. » Sandrine Revel

Unknown-4

« Glenn Gould, une vie à contretemps » (Dargaud, éditeur) tout en couleurs et teintes aussi sobres que nobles, nous raconte la solitude d’un être pas comme les autres, l’incompréhension de son entourage, la difficulté d’être au monde d’une âme remplie de musique en quête de perfection.

Les différentes anecdotes soulignent la relation au piano et au public d’un Gould hypocondriaque. Assis toujours très bas devant son instrument (sur une chaise fabriquée par son père et qu’il gardera toute sa vie), il reste l’une des plus originales personnalités musicales.

Pour suivre avec facilité, les enfants auront peut-être besoin d’un adulte pour les accompagner dans la lecture de la BD, les différents épisodes de la biographie n’apparaissant pas de manière chronologique ; tout est présenté sous une forme qui pratique constamment l’aller et le retour.

On peut regretter qu’un CD n’ait pas été inséré dans l’album, même s’il y a assurément dans la bibliothèque de tout mélomane au moins l’un des enregistrements de Glenn Gould dont Sandrine Revel a eu la bonne idée de dresser une liste à la fin de la BD.

Bonne lecture !

images

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *