Le piano à pédalier : qu’est-ce que c’est ?

imagesAvez-vous déjà vu cet instrument, mi-piano, mi-orgue, que l’on nomme piano à pédalier ? C’est un instrument un peu bizarre, me direz-vous… et comment sonne-t-il ?

 

 

 

D’une production limitée, rare à la vente et aujourd’hui un peu délaissé, cet instrument dont les pédales sont reliées aux notes les plus graves du piano par un système de cordes placées dans une caisse de résonance à part (ou deux pianos superposés), a été très utilisé au XVIIIe par J.S. Bach qui l’aimait beaucoup -voyez la vidéo ci-dessous dans laquelle Luc Beauséjour nous donne un exemple avec le Prélude de choral « Herr Christ, der ein’ge Gottes-Sohn » BWV 601 ; W.A. Mozart affectionnait également cet instrument sur lequel il improvisait en public (savez-vous que la première mondiale du fameux Concerto KV 466 en ré mineur fut jouée sur ce type de piano ?).

La diversité des timbres et le dialogue richement entretenu entre les diverses voix de la polyphonie réalisable sur ces instruments a fait qu’au XIXe des constructeurs comme les maisons françaises Erard ou Pleyel (pianos droits) ont fabriqué et développé des instruments pour lesquels R. Schumann (qui pensait que l’avenir du piano allait naturellement se développer sur le piano à pédalier…) a composé plusieurs pièces dont Six Études en forme de canon op.56, F. Liszt a également exploré cet univers avec son Évocation à la Chapelle Sixtine S. 658 et J. Brahms aussi avec le Prélude et fugue en sol mineur W.o.O. 10, etc…(voir la liste de répertoire plus bas).

Unknown-6

Ci-dessous, vous pouvez voir et écouter le fameux piano Double Borgato, construit par le facteur de pianos italien Luigi Borgato en 2001, conçu avec deux pianos superposés (l’un normal de 88 touches et l’autre de 37), joué par l’organiste Jean Guillou qui l’a inauguré.

D’autres exemples de répertoire pour le piano à pédalier :

  • S. Bach : Sonates en trio et la   Passacaglia BWV 582
  • A. Mozart : Fantasia K. 608
  • Schumann : Quatre Esquisses op. 58, Six Fugues sur le nom de Bach op.60
  • F. Boëly : Fantaisie et fugue en si bémol majeur opus 18 n° 6 (1856)
  • Liszt:Prélude et fugue sur B-A-C-H s.260i (1855)
  • Gounod : Concerto pour piano à pédalier
  • Charles-Valentin Alkan : Prélude op. 66 n° 10 et le  Prélude en mi bémol majeur op. 66 n° 5

Et pour finir, voici quelques exemples de disques enregistrés :

61Xex-cCmrL._SS280

0822189019105_300

Bonne écoute ! Et n’hésitez pas à me faire savoir ce que pensez de ce type de sonorité !

Taggé , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *