Oh, vous qui pensez être insensible, passez votre chemin ! Cet article n’est pas pour vous !

20238d47ba12c0792883d0f892af828dOn s’étonnera de voir ici de la poésie ? Mais la Musique est Poésie pure ! Le piano peut être un sésame qui nous ouvre le monde de la magie sonore.

 

 

 

 

 

 

Vieux piano

L’âme ne frémit plus chez ce vieil instrument ;

Son couvercle baissé lui donne un aspect sombre ;

Relégué du salon, il sommeille dans l’ombre

Ce misanthrope aigri de son isolement.

 

Je me souviens encore des nocturnes sans nombre

Que me jouait ma mère, et je songe, en pleurant,

À ces soirs d’autrefois – passés dans la pénombre,

Quand Liszt se disait triste et Beethoven mourant.

 

Ô vieux piano d’ébène, image de ma vie,

Comme toi du bonheur ma pauvre âme est ravie,

Il te manque une artiste, il me faut L’Idéal ;

 

Et pourtant là tu dors, ma seule joie au monde,

Qui donc fera renaître, ô détresse profonde,

De ton clavier funèbre un concert triomphal ?

 

Emile NELLIGAN   (1879-1941)

—————————————————————————————————————————————————————————–

Le piano que baise une main frêle

Le piano que baise une main frêle

Luit dans le soir rose et gris vaguement,

Tandis qu’un très léger bruit d’aile

Un air bien vieux, bien faible et bien charmant

Rôde discret, épeuré quasiment,

Par le boudoir longtemps parfumé d’Elle.

 

Qu’est-ce que c’est que ce berceau soudain

Qui lentement dorlote mon pauvre être ?

Que voudrais-tu de moi, doux Chant badin ?

Qu’as-tu voulu, fin refrain incertain

Qui vas tantôt mourir vers la fenêtre

Ouverte un peu sur le petit jardin ?

 

Paul VERLAINE   (1844-1896)

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Une réponse à Oh, vous qui pensez être insensible, passez votre chemin ! Cet article n’est pas pour vous !

  1. Justice dit :

    Such a deep aneswr! GD&RVVF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *